Prestations

Conception de site web, optimisation du référencement, stratégie websociale… Quelle que soit votre problématique digitale, nous avons les experts et les garanties qu’il vous faut ! Nous consultants vous accompagnent avant, pendant et après la mise en place de votre projet pour un résultat à la hauteur de vos ambitions.

Formations

Organisme reconnu et certifié, Tous les Jeudis met en place des formations personnalisées en fonction de vos attentes. N’hésitez plus à faire appel à nos formateurs pour faire monter en compétence vos équipes sur des thématiques digitales variées.

Une plongée dans le deep learning

Écouter une version audio de cet article

Le deep learning, une sous-branche révolutionnaire de l’intelligence artificielle, transforme notre façon d’interagir avec le monde qui nous entoure. Né de la fusion entre la recherche en réseaux neuronaux et des progrès massifs en puissance de calcul, il alimente aujourd’hui des innovations allant de ChatGPT jusqu’à la conduite autonome. Dans cet article, nous plongeons dans les profondeurs du deep learning, explorant son fonctionnement, ses applications et ses impacts fascinants sur notre avenir.

Présentation du deep learning

Le deep learning, ou apprentissage profond, est une sous-catégorie avancée de l’apprentissage automatique (machine learning) qui se distingue par sa capacité à apprendre à partir de données de manière autonome. Cet apprentissage est réalisé au travers de réseaux de neurones artificiels, qui sont des algorithmes inspirés par le fonctionnement des neurones dans le cerveau humain. Ces réseaux sont dits « profonds » car ils comportent de nombreuses couches de neurones, permettant ainsi de traiter des données de manière complexe et hiérarchique.

La spécificité du deep learning réside dans sa capacité à identifier des patterns et des caractéristiques dans de vastes ensembles de données, souvent non structurées, comme des images, du son, ou du texte. Par exemple, dans la reconnaissance d’image, le deep learning peut apprendre à reconnaître des objets spécifiques en analysant des milliers d’images et en identifiant les caractéristiques communes à ces objets.

La distinction entre deep learning, machine learning et intelligence artificielle est essentielle pour comprendre le champ de l’intelligence artificielle dans son ensemble. L’intelligence artificielle est le concept global qui englobe la création de machines ou de programmes capables de réaliser des tâches qui nécessitent normalement l’intelligence humaine, comme la prise de décision, la reconnaissance de la parole, ou l’apprentissage.

Le machine learning est une branche de l’IA qui se concentre sur la création de systèmes capables d’apprendre et de s’améliorer à partir de l’expérience sans être explicitement programmés pour chaque tâche. Le machine learning utilise une variété d’approches, telles que les arbres de décision, la régression logistique, et les machines à vecteurs de support, pour apprendre à partir de données et faire des prédictions ou des décisions.

Le deep learning, en tant que sous-ensemble du machine learning, se distingue par l’utilisation de réseaux de neurones profonds. Ces réseaux permettent de traiter des données de manière plus complexe et nuancée, en extrayant des caractéristiques et des patterns à différents niveaux d’abstraction. Alors que le machine learning traditionnel peut nécessiter une intervention humaine pour identifier les caractéristiques pertinentes dans les données, le deep learning est capable de découvrir ces caractéristiques de manière autonome, rendant ainsi possible le traitement de données plus complexes et variées.

Tous Les Jeudis

Nos formations Prompt ingénieur

Découvrez le monde fascinant de l’intelligence artificielle avec notre formation intensive en Prompt Engineering : plongez dans l’histoire, les techniques avancées de prompting et maîtrisez l’art de communiquer avec les IA génératives pour maximiser leur potentiel.

Découvrir la formation

Fonctionnement du deep learning

Le fonctionnement du deep learning est ancré dans la conception et l’exploitation des réseaux de neurones artificiels. Ces réseaux sont des modèles informatiques inspirés du réseau neuronal biologique du cerveau humain. Un réseau de neurones typique est constitué de couches de neurones, comprenant une couche d’entrée, plusieurs couches cachées, et une couche de sortie. Chaque neurone d’une couche est connecté à plusieurs neurones de la couche suivante, formant ainsi un réseau dense. Les données d’entrée sont traitées couche par couche, chaque neurone recevant des entrées, les transformant à l’aide d’une fonction d’activation, et passant le résultat à la couche suivante.

Le processus d’apprentissage dans le deep learning implique l’ajustement des poids des connexions neuronales pour minimiser la différence entre la sortie du réseau et la valeur attendue.

Deux concepts clés dans l’apprentissage des réseaux de neurones sont la backpropagation et la descente de gradient. La backpropagation est un algorithme qui permet de calculer le gradient de la fonction de perte (qui mesure l’erreur du modèle) par rapport à chaque poids dans le réseau. Cette information est ensuite utilisée pour ajuster les poids du réseau de manière à minimiser l’erreur. La descente de gradient est une méthode d’optimisation utilisée pour trouver les valeurs de poids qui minimisent la fonction de perte.

L’importance des données et de leur qualité dans le deep learning ne peut être sous-estimée. La quantité, la diversité et la pertinence des données d’entraînement ont un impact direct sur la capacité du modèle à apprendre et à généraliser à de nouvelles données. Des données de mauvaise qualité ou non représentatives peuvent conduire à des modèles biaisés ou inefficaces.

Concernant les exemples de modèles de deep learning, les réseaux de neurones convolutifs (CNN) et les réseaux de neurones récurrents (RNN) sont particulièrement notables. Les CNN sont largement utilisés dans le traitement d’images et de vidéos, où ils excellent à reconnaître des patterns spatiaux comme les formes et les textures. Les RNN, quant à eux, sont adaptés au traitement de séquences, comme le texte ou les séquences temporelles, car ils ont la capacité de maintenir une forme de « mémoire » des entrées précédentes.

Pour illustrer simplement le concept de réseau de neurones artificiels dans le deep learning, imaginons un exemple concret et familier : la reconnaissance d’images, par exemple, distinguer un chat d’un chien sur une photo.

Couche d’entrée : Imaginez que chaque neurone de cette couche représente un pixel de l’image. Si l’image est en noir et blanc et mesure 100×100 pixels, la couche d’entrée aura 10 000 neurones, chacun recevant l’intensité du pixel correspondant.

Couches cachées : Ces couches sont au cœur du réseau. Chaque couche cachée est composée de nombreux neurones. Ces neurones ne « voient » pas l’image directement, mais plutôt les sorties des neurones de la couche précédente.

  • La première couche cachée pourrait apprendre à reconnaître des bords et des contours simples dans l’image (par exemple, les lignes verticales d’une jambe de chien ou la courbe d’une oreille de chat).
  • La couche suivante pourrait interpréter ces bords pour identifier des formes plus complexes, comme des oreilles, des yeux, ou des nez.
  • Les couches suivantes continuent ce processus, construisant une compréhension de plus en plus complexe de l’image, jusqu’à pouvoir distinguer un chat d’un chien.

Couche de sortie : Enfin, la dernière couche, la couche de sortie, prend les informations traitées par les couches cachées et produit le résultat final. Dans notre exemple, cette couche pourrait avoir seulement deux neurones, l’un s’activant fortement si l’image est celle d’un chat, et l’autre si c’est un chien.

Chaque neurone dans les couches cachées effectue de simples calculs sur les données reçues de la couche précédente. Ces calculs sont basés sur des « poids » qui sont ajustés au fur et à mesure de l’apprentissage du réseau. Lors de la phase d’entraînement, le réseau apprend les bons poids pour chaque connexion entre les neurones, afin de produire le bon résultat. Ainsi, lorsque vous montrez une nouvelle image au réseau, il utilise ces poids pour interpréter l’image et vous dire s’il s’agit d’un chat ou d’un chien.

Tous Les Jeudis

Applications du deep learning

Le deep learning, avec ses avancées spectaculaires et sa polyvalence, a trouvé des applications dans une multitude de domaines, transformant radicalement les industries et la recherche. Ces applications vont de la reconnaissance d’images et du traitement du langage naturel à des domaines plus spécialisés comme la médecine personnalisée et la conduite autonome.

Dans le domaine de la reconnaissance d’images, les réseaux de neurones convolutifs (CNN) ont révolutionné la capacité des ordinateurs à interpréter et à comprendre le contenu visuel. Des applications pratiques incluent la détection de défauts dans les chaînes de production, la reconnaissance faciale dans les systèmes de sécurité, et l’analyse d’images médicales pour le diagnostic de maladies.

Le traitement du langage naturel (TAL), une autre application majeure du deep learning, a connu une transformation avec l’avènement des modèles tels que les réseaux de neurones récurrents (RNN) et les transformateurs. Ces modèles ont permis le développement d’assistants virtuels intelligents, comme ChatGPT, capables de comprendre et de générer du langage humain avec une précision remarquable. Ces assistants virtuels trouvent des applications dans le service client, l’assistance personnelle, l’éducation et au-delà, offrant des interactions en langage naturel et personnalisées.

Dans le secteur de la santé, le deep learning contribue à la médecine personnalisée, notamment en permettant l’analyse détaillée des données génétiques pour des traitements adaptés à chaque individu. En outre, les techniques de deep learning sont utilisées pour la découverte de médicaments, en accélérant la recherche de nouvelles molécules thérapeutiques.

L’industrie automobile a également été transformée par le deep learning, en particulier avec le développement de véhicules autonomes. Les systèmes de deep learning permettent aux voitures de comprendre leur environnement, de prendre des décisions en temps réel et de naviguer de manière autonome, promettant une réduction des accidents de la route et une amélioration de l’efficacité du transport.

Dans le domaine de la recherche, le deep learning a ouvert de nouvelles voies dans plusieurs disciplines. En physique, par exemple, il est utilisé pour analyser d’énormes quantités de données issues des accélérateurs de particules. En écologie, les modèles de deep learning aident à surveiller les populations d’espèces et à prédire les impacts du changement climatique.

L’impact du deep learning sur les industries est également profond en termes d’optimisation et d’efficacité. Dans le secteur manufacturier, par exemple, le deep learning est utilisé pour optimiser les chaînes de production, réduire les déchets et améliorer la qualité des produits. Dans le secteur financier, il est employé pour détecter les fraudes, analyser les risques et personnaliser les services financiers.

Bref, le deep learning est partout autour de nous…

Tous Les Jeudis

Nos formations ChatGPT

Optimisez votre temps de production et augmentez l’efficacité de votre équipe grâce à notre formation sur l’utilisation de ChatGPT pour la création de contenus éditoriaux, le référencement, la traduction, les réseaux sociaux et bien plus encore, tout en abordant les questions éthiques importantes liées à cette technologie.

Découvrir la formation

Défis et limitations du deep learning

Le deep learning, malgré son potentiel révolutionnaire et ses nombreuses applications réussies, fait face à une série de défis techniques, scientifiques, éthiques et sociaux. Ces défis et limitations doivent être compris et abordés pour permettre une évolution responsable et efficace de cette technologie.

Du point de vue technique et scientifique, l’un des principaux défis est le surapprentissage (overfitting). Cela se produit lorsque les modèles de deep learning apprennent trop bien les données d’entraînement, y compris leurs anomalies et bruits, au point de perdre leur capacité à généraliser à de nouvelles données. Cela peut conduire à des performances médiocres sur les données réelles et inédites. Une autre préoccupation est l’interprétabilité des modèles de deep learning. Étant donné leur complexité et le grand nombre de paramètres, il est souvent difficile de comprendre comment et pourquoi certaines décisions ou prédictions sont faites, ce qui pose des problèmes en termes de transparence et de confiance.

Les problèmes éthiques et sociaux liés au deep learning sont également préoccupants. Le biais algorithmique est un problème majeur, où les modèles peuvent perpétuer ou même amplifier les biais existants dans les données d’entraînement. Cela peut conduire à des résultats injustes ou discriminatoires dans des domaines sensibles comme le recrutement, la justice et la santé. La question de la vie privée est également cruciale, car le deep learning nécessite souvent de grandes quantités de données, y compris des données personnelles. La collecte, le stockage et l’utilisation de ces données doivent être réglementés pour protéger la confidentialité des individus.

Concernant les limites actuelles, l’une des principales est la dépendance à des ensembles de données massifs et bien étiquetés. Cela peut limiter l’application du deep learning dans des domaines où de telles données ne sont pas disponibles ou sont coûteuses à obtenir. De plus, le coût computationnel élevé et l’empreinte carbone des modèles de deep learning, en particulier des réseaux de neurones très profonds, sont des préoccupations croissantes en termes de durabilité environnementale.

Du point de vue des perspectives d’évolution, il est essentiel de continuer à développer des méthodes pour rendre le deep learning plus transparent et interprétable. Cela pourrait inclure des approches pour visualiser et expliquer les décisions des modèles. En outre, des recherches sont nécessaires pour réduire le biais dans les modèles de deep learning et pour développer des techniques qui nécessitent moins de données et de puissance de calcul.

Une autre direction importante est le développement de modèles capables d’apprentissage continu ou d’adaptation rapide, similaires à la manière dont les humains apprennent de nouvelles tâches tout au long de leur vie. Cela aiderait à surmonter la limitation actuelle des modèles spécialisés dans une seule tâche ou domaine.

Partager cet article

Envie d’en savoir plus ou d’être accompagné sur ce type de problématiques digitales, n’hésitez pas à nous contacter !

Articles liés

Techniques de Prompting : à la découverte de la Chain of Thought

Cet article explore les fondements, les applications et l'impact futur de la chain of thought, révélant ainsi son rôle essentiel dans l'affinement des interactions homme-machine.

Réaffectation de contenu : Compilez vos articles dans un livre blanc

Comment passer de multiples articles sur une même thématique à un livre blanc bien structuré ? Et comment ChatGPT peut-il vous aider dans ce processus ? C'est ce que nous…

Comment choisir un organisme de formation dans le numérique ?

Si vous souhaitez suivre une formation dans le domaine du numérique, il est important de choisir le bon organisme de formation pour vous aider à atteindre vos objectifs. Voici quelques…

NEWSLETTER

Inscrivez-vous et recevez tous les jeudis, la newsletter de Tous Les Jeudis !