Prestations

Conception de site web, optimisation du référencement, stratégie websociale… Quelle que soit votre problématique digitale, nous avons les experts et les garanties qu’il vous faut ! Nous consultants vous accompagnent avant, pendant et après la mise en place de votre projet pour un résultat à la hauteur de vos ambitions.

Formations

Organisme reconnu et certifié, Tous les Jeudis met en place des formations personnalisées en fonction de vos attentes. N’hésitez plus à faire appel à nos formateurs pour faire monter en compétence vos équipes sur des thématiques digitales variées.

Au-delà de la Chain of Thought, découvrons le prompting Self-Consistency

Écouter une version audio de cet article

La quête pour améliorer le raisonnement des modèles de langage a conduit à l’émergence de techniques avancées de prompting telles que la chain of thought. Encore plus avancée, le self-consistency se présente comme une révolution dans la façon dont les IA traitent et résolvent des tâches complexes. Cette approche promet de renforcer la capacité des modèles à générer des réponses non seulement précises mais aussi logiquement cohérentes.

Principes et fonctionnement du self-consistency

Le self-consistency, en tant que concept émergent dans l’optimisation du raisonnement des modèles de langage pré-entraînés, s’enracine dans la reconnaissance de la diversité des processus cognitifs humains. Ce paradigme repose sur l’idée qu’un seul problème peut être abordé par une variété de chemins de pensée, chacun pouvant mener à la réponse correcte. Dans le cadre de l’intelligence artificielle, cette multiplicité de perspectives est un outil puissant pour affiner la précision des réponses générées par les modèles de langage.

Lorsqu’on aborde le self-consistency, il est essentiel de comprendre que ce ne sont pas les chemins de raisonnement individuels qui sont de la plus haute importance, mais plutôt la cohérence des conclusions auxquelles ces chemins aboutissent. Ainsi, l’objectif n’est pas de trouver une unique « meilleure » voie, mais plutôt de reconnaître et d’évaluer la fiabilité d’une réponse qui est corroborée par plusieurs voies indépendantes. C’est dans ce processus de corroboration que le self-consistency trouve sa force.

La mise en œuvre de cette stratégie commence par une génération intentionnelle de diversité dans les réponses. Au lieu d’adhérer à la voie la plus probable, le modèle est encouragé à explorer un éventail plus large de possibilités. En pratique, cela se traduit par un processus où le modèle génère délibérément plusieurs suites de raisonnement distinctes en réponse à une seule et même question. Ces suites sont produites via un processus d’échantillonnage contrôlé qui introduit une variabilité délibérée dans le processus de génération du texte.

Une fois qu’un ensemble de chemins de raisonnement a été établi, le modèle passe à la phase de marginalisation. Dans cette phase, les différentes réponses sont examinées pour identifier les points de convergence. La logique est simple mais puissante : si plusieurs chemins indépendants aboutissent à la même conclusion, alors la confiance en cette conclusion est renforcée. Cette approche est parallèle à la manière dont les scientifiques utilisent la réplication des résultats comme moyen de valider les découvertes : si une expérience donne le même résultat indépendamment de la méthode ou du chercheur, alors le résultat est jugé plus fiable.

Tous Les Jeudis

Sur le plan technique, le self-consistency nécessite une sophistication algorithmique considérable. Les modèles de langage doivent être capables non seulement de générer ces multiples chemins de raisonnement, mais également d’analyser et de comparer les résultats pour déterminer la réponse la plus cohérente. Cela implique souvent un calcul itératif et peut nécessiter des ajustements dans le processus de génération pour favoriser la diversité des résultats.

Les techniques de prompting « Self-consistency »

Le self-consistency dans le prompting pour les modèles de langage s’appuie sur une série de techniques sophistiquées, chacune visant à diversifier et à enrichir le processus de raisonnement du modèle. Ces techniques sont essentielles pour exploiter pleinement la capacité des modèles à générer des réponses logiquement cohérentes et fiables.

Prompting itératif

Le prompting itératif consiste à guider le modèle à travers une série de prompts interconnectés où chaque réponse sert de fondement pour le prompt suivant. Cette technique permet d’élaborer progressivement sur un sujet, de creuser plus profondément dans un problème ou de construire une compréhension plus complète d’un scénario complexe. En posant des questions supplémentaires basées sur la réponse précédente, le modèle est encouragé à reconsidérer ou à affiner son raisonnement initial, permettant ainsi une exploration plus riche du sujet.

Prompting diversifié

Le prompting diversifié vise à encourager le modèle à envisager un problème sous plusieurs angles. Ce type de prompting est particulièrement utile pour stimuler la créativité et la réflexion critique. Il implique de demander au modèle de proposer plusieurs solutions ou perspectives sur une même question. Cette approche est bénéfique car elle force le modèle à ne pas se contenter de la première réponse plausible, mais à explorer activement une gamme de possibilités, augmentant ainsi les chances de découvrir des réponses plus nuancées et bien fondées.

Prompting basé sur le role-play

Dans le prompting basé sur le role-play, le modèle est invité à adopter différentes perspectives ou identités, comme celles de divers experts dans des domaines spécifiques. Cette technique permet d’introduire une variété de cadres conceptuels et de méthodologies de résolution de problèmes. En changeant de perspective, le modèle est amené à considérer un éventail de facteurs qui pourraient autrement être négligés, ce qui enrichit son processus de raisonnement et favorise des réponses plus diversifiées.

Tous Les Jeudis

Nos formations Prompt ingénieur

Découvrez le monde fascinant de l’intelligence artificielle avec notre formation intensive en Prompt Engineering : plongez dans l’histoire, les techniques avancées de prompting et maîtrisez l’art de communiquer avec les IA génératives pour maximiser leur potentiel.

Découvrir la formation

Prompting de réflexion

Le prompting de réflexion est une technique qui incite le modèle à s’auto-évaluer, à réfléchir sur ses propres réponses, et à envisager des alternatives ou des améliorations à son raisonnement initial. Cette méthode stimule une forme d’introspection artificielle, où le modèle analyse sa propre logique, identifie d’éventuelles lacunes ou erreurs, et explore des approches alternatives. Cela favorise une profondeur de réflexion et une rigueur logique accrues dans le processus de raisonnement.

Prompting basé sur des hypothèses

Le prompting basé sur des hypothèses invite le modèle à explorer différentes suppositions sous-jacentes à un problème et à examiner comment chaque hypothèse influence la solution. Cette approche est cruciale pour les tâches de raisonnement complexe, car elle oblige le modèle à ne pas accepter les conditions initiales au pied de la lettre, mais à les interroger et à évaluer comment des variations dans ces conditions peuvent affecter le résultat. Cette méthode de prompting favorise une compréhension plus profonde du problème et permet de découvrir des réponses qui sont robustes face à différentes hypothèses.

Prompting de simulation

Dans le prompting de simulation, le modèle est invité à simuler des scénarios ou des processus pour explorer leurs conséquences logiques. Cette technique est particulièrement utile pour les questions impliquant des systèmes dynamiques ou des processus complexes. En simulant différentes conditions ou en changeant des variables dans un scénario donné, le modèle peut produire une gamme de résultats, permettant ainsi une analyse comparative pour déterminer la réponse la plus cohérente et logique.

Prompting de contre-argumentation

Le prompting de contre-argumentation engage le modèle dans un processus de réflexion critique en le confrontant à des objections ou des contrepoints à sa réponse initiale. Cette technique incite le modèle à reconsidérer sa position première et à explorer d’autres avenues de réflexion qui peuvent être moins évidentes. Elle est particulièrement utile pour tester la solidité des conclusions tirées par le modèle et pour encourager une pensée plus nuancée et moins unidimensionnelle.

Prompting de consensus

Le prompting de consensus est conçu pour simuler un processus de délibération collective. Ici, le modèle est invité à envisager comment différents points de vue ou perspectives pourraient être intégrés pour parvenir à une réponse commune. Cette technique est bénéfique pour aborder des problèmes complexes où plusieurs solutions valides peuvent coexister, et elle aide à identifier les réponses qui sont non seulement correctes mais aussi largement acceptables selon divers critères ou opinions.

Prompting d’exploration de cas limites

Cette technique implique d’inviter le modèle à explorer les extrêmes ou les cas limites d’un problème. En considérant des scénarios à la marge, le modèle est forcé de sortir des sentiers battus et de réfléchir aux implications d’une question dans des conditions inhabituelles ou sous des contraintes extrêmes. Cette approche est particulièrement efficace pour découvrir des failles ou des forces dans le raisonnement du modèle, et pour évaluer la flexibilité et l’adaptabilité de ses réponses.

Prompting basé sur scénarios hypothétiques

Dans cette méthode, le modèle est invité à réfléchir sur des scénarios hypothétiques. Cela lui permet d’explorer les implications de différentes hypothèses ou conditions dans un contexte contrôlé. Cette technique est utile pour évaluer la capacité du modèle à naviguer dans des situations incertaines ou imaginaires, et pour tester la cohérence de ses réponses dans diverses circonstances.

Prompting d’élaboration progressive

Le prompting d’élaboration progressive consiste à guider le modèle à travers un processus de découverte et d’approfondissement graduel d’un sujet. Commencer par une question de base et demander progressivement des détails ou des expansions supplémentaires permet de décomposer un problème complexe en parties gérables, encourageant ainsi une exploration plus méthodique et détaillée.

Tous Les Jeudis

En intégrant ces techniques dans le processus de prompting, on peut significativement améliorer la capacité d’un modèle de langage à produire des réponses qui ne sont pas seulement correctes, mais également cohérentes, bien fondées, et robustes face à diverses formes d’analyse et de critique.

L’efficacité de la méthode self consistency

L’efficacité de la méthode self-consistency, tel qu’explorée dans l’étude intitulée « Chain of Thought Prompting Elicits Reasoning in Large Language Models« , marque un jalon important dans la recherche sur les modèles de langage, en particulier dans la manière dont ils peuvent être guidés pour effectuer des tâches complexes de raisonnement.

Un des aspects les plus remarquables de cette méthode est sa capacité à améliorer la précision des réponses dans des tâches qui nécessitent un raisonnement complexe et multi-étapes. Par exemple, dans l’ensemble de données GSM8K (problèmes de mathématiques de niveau scolaire qui nécessitent un raisonnement complexe pour être résolus), l’approche de self-consistency a abouti à une augmentation notable de la précision. Cette amélioration suggère que la technique est particulièrement efficace pour naviguer à travers les nuances et les complexités inhérentes à ces types de problèmes.

La méthode s’est également avérée bénéfique pour traiter les tâches de raisonnement de bon sens, comme celles présentes dans le benchmark SVAMP. En générant diverses perspectives de raisonnement et en les évaluant pour la cohérence, le modèle a pu parvenir à des conclusions qui sont non seulement logiquement valides mais également alignées avec une compréhension intuitive du monde. Cela représente une avancée significative, car le raisonnement de bon sens a longtemps été un défi majeur pour les modèles de langage.

Tous Les Jeudis

Un autre point notable de l’étude est la manière dont le self-consistency aide à surmonter certains des biais et limitations des modèles de langage. En considérant plusieurs chemins de raisonnement et en sélectionnant la réponse la plus cohérente, le modèle est moins susceptible de se fier à des réponses impulsives ou superficielles, qui peuvent être influencées par des biais dans les données d’entraînement. Cette approche multi-perspectives contribue à une forme de vérification interne, réduisant ainsi la probabilité de conclusions erronées basées sur des informations incomplètes ou trompeuses.

Tous Les Jeudis

Nos formations ChatGPT

Optimisez votre temps de production et augmentez l’efficacité de votre équipe grâce à notre formation sur l’utilisation de ChatGPT pour la création de contenus éditoriaux, le référencement, la traduction, les réseaux sociaux et bien plus encore, tout en abordant les questions éthiques importantes liées à cette technologie.

Découvrir la formation

Les limites de la méthode self-consistency

La méthode de self-consistency, bien qu’innovante et performante dans l’amélioration du raisonnement des modèles de langage, n’est pas sans limites. En tant que prompt ingénieur, il est essentiel de reconnaître et de comprendre ces limites pour une utilisation éclairée et efficace de cette technique.

Tout d’abord, il est important de noter que le self-consistency repose sur la capacité du modèle à générer une variété de chemins de raisonnement et à les évaluer pour leur cohérence. Cependant, cette dépendance à la diversité générée peut parfois être une faiblesse. Les modèles de langage, même avancés, ont tendance à favoriser des chemins de pensée et des conclusions qui sont plus fréquents dans leur ensemble de données d’entraînement. Cela signifie que la variété des chemins de raisonnement pourrait être limitée par les biais inhérents à ces données. Par exemple, si un modèle a été principalement entraîné sur des textes provenant d’un certain domaine ou d’une certaine perspective, ses chemins de raisonnement pourraient être inévitablement colorés par ces influences, limitant ainsi la diversité et potentiellement la qualité des réponses générées.

En outre, la technique de self-consistency repose sur l’hypothèse qu’une réponse qui est soutenue par plusieurs chemins de raisonnement est plus susceptible d’être correcte. Bien que cette hypothèse soit logiquement solide, elle n’est pas infaillible. Dans certains cas, plusieurs chemins de raisonnement peuvent converger vers une réponse incorrecte, surtout si ces chemins sont influencés par les mêmes erreurs ou biais. Si un modèle génère plusieurs explications basées sur une compréhension erronée d’un concept scientifique, la méthode de self-consistency pourrait faussement valider cette compréhension incorrecte.

Une autre limite importante du self-consistency est liée à sa dépendance à l’efficacité des algorithmes de génération de langage. Malgré les progrès remarquables dans ce domaine, les modèles actuels ne sont pas parfaitement capables de simuler le raisonnement humain complexe dans toute sa nuance et sa subtilité. Par conséquent, les chemins de raisonnement générés peuvent parfois manquer de la profondeur, de la logique ou de la pertinence nécessaires pour traiter efficacement des problèmes complexes ou nuancés. De plus, la génération de multiples chemins de raisonnement et leur évaluation pour le self-consistency demandent des ressources computationnelles importantes. Cela peut rendre la technique moins pratique ou plus coûteuse, en particulier pour des applications nécessitant une réponse rapide ou fonctionnant avec des ressources limitées.

La technique de self-consistency, tout en étant une avancée majeure, est également confrontée à des défis dans la gestion des tâches qui requièrent une compréhension contextuelle profonde ou une connaissance spécialisée. Les modèles de langage peuvent parfois manquer de la capacité à comprendre pleinement le contexte ou à appliquer des connaissances spécialisées de manière appropriée, ce qui peut limiter l’efficacité de la méthode dans certaines situations. Par exemple, dans des tâches nécessitant une compréhension approfondie de concepts spécifiques à un domaine, comme des théories scientifiques avancées ou des nuances dans des langues peu représentées, le modèle peut ne pas générer des chemins de raisonnement suffisamment informés ou précis.

Enfin, une considération importante dans l’utilisation du self-consistency est la manière dont les utilisateurs interagissent avec le modèle. La qualité des prompts fournis par l’utilisateur joue un rôle essentiel dans la détermination de la qualité des chemins de raisonnement générés. Si les prompts sont vagues, biaisés ou mal formulés, ils peuvent orienter le modèle vers des chemins de raisonnement moins pertinents ou moins utiles. Cela souligne l’importance d’une conception soignée et réfléchie des prompts pour maximiser l’efficacité de la méthode de self-consistency.

Partager cet article

Envie d’en savoir plus ou d’être accompagné sur ce type de problématiques digitales, n’hésitez pas à nous contacter !

Articles liés

LinkedIn : Liste des nouvelles fonctionnalités développées en 2023

Si vous utilisez régulièrement LinkedIn pour développer votre réseau professionnel et cherchez à être à la pointe des dernières fonctionnalités offertes par la plateforme, cet article est fait pour vous.…

Comment utiliser ChatGPT pour la création de podcast ?

ChatGPT peut améliorer chaque étape de votre processus de création de contenu audio (dont les podcasts). Voyons comment...

Generate Knowledge Prompting : Une nouvelle approche du Prompting

Le Generate Knowledge Prompting apparait comme une méthode de prompting émergente. Cette technique, peu connue mais prometteuse, permet aux modèles d'IA de générer activement des connaissances, enrichissant ainsi leur capacité…

NEWSLETTER

Inscrivez-vous et recevez tous les jeudis, la newsletter de Tous Les Jeudis !